01/09/2008

Le plan directeur nouveau est arrivé

plan directeur.png

Les habitants et les propriétaires de la commune de Bardonnex ont jusqu'au 29 septembre pour adresser à la Marie ou au Département du Territoire leurs remarques à propos du plan directeur communal. Un document en couleur a été distribué par la Mairie la semaine passée. Il est disponible sur le site de la Commune www.bardonnex.ch.

Le plan directeur communal dit tout sur la vision 2025 du territoire de Bardonnex et de ses quatre villages et cinq hameaux: Croix-de-Rozon qui abrite plus de la moitié de la population de 2200 habitants de la commune, Landecy, Charrot, Bardonnex, Compesières, où se situe l'école, la mairie et la salle communale, Les Ravières, Evordes, Surpierre et Humilly.


En 2025, la commune pourrait héberger 800 habitants de plus. Ce chiffre est cependant à prendre avec beaucoup de précaution. il s'agit d'un potentiel de construction dont la réalisation incombe entièrement aux propriétaires privés. La commune de Bardonnex possède en effet relativement peu de terrains. Pour mémoire, la ville de Genève pourrait accueillir plus de 30'000 logements. Or les propriétaires ne sont pas pressés de construire favorisant une spéculation qui se fait sur le dos des locataires.

Une première mouture du plan directeur avait suscité l'intérêt en janvier de cette année de quelque 250 personnes réunies à la salle communale. De cette consultation et des avis recueillis par les conseillers municipaux, les architectes urbanistes mandatés par la Mairie ont partiellement tenu compte.

Les intérêts privés s'expriment évidemment  avec force dans ce genre d'exercice. D'un trait de plume en effet le Grand Conseil qui devra donner son aval à ce document peut jusqu'à centupler le prix du mètre carré d'une parcelle dont la valeur agricole est limitée actuellement à 8 francs, alors que sa valeur de rendement agricole n'excède pas 50 centimes du mètre. A l'énoncé de ces chiffres, on mesure les enjeux et le problème politique qui consiste à enrichir certains et pas d'autres. 

La commune est également étroitement corsetée par la législation fédérale et surtout la législation cantonale. Bardonnex est manifestement promise à devenir l'un des parcs de la Genève à l'horizon 2050, d'où le luxe de détails concernant les mesures environnementales. Le projet d'agglomération prévoit une forte urbanisation de Lancy à Saint-Julien. Et l'on voit chaque jour des maisons pousser de l'autre côté de la frontière. Tandis que Bardonnex, à l'exception de quelques villas ici et là n'a pas connu de grandes opérations immobilières depuis une génération. Le futur plan directeur n'en prévoit pas.

Cette modeste extension des zones à construire est l'axe majeure de ce projet. 

Le deuxième axe est celui de l'avenir du hameau de Compesières. Après l'échec du projet de démolition-reconstruction de la ferme de Compesières pour y établir une nouvelle école (une ardoise de quelque 750'000 francs pour la commune), l'incertitude demeure quant à l'avenir du site classé à l'inventaire national.

Le plan directeur envisage désormais pour Compesières la démolition sans reconstruction de deux bâtiments emblématiques de notre commune: la salle communale construite en 1976 en droit de superficie sur un terrain de la paroisse catholique et l'école actuelle, bâtiment construit en 1899 par l'architecte alors en vogue Camoletti. Un bâtiment dont les classes ne répondent plus aux normes actuelles et dont l'architecture n'en fait plus un bâtiment diggne d'être conservé. Quant à la ferme, rehaussée dans les années 20, elle retrouverait son gabarit d'antan et pourrait accueillir l'auberge de Compesières.

Cette option satisfait les intérêts des conservateurs des monuments et des sites. Encore devraient-ils aller jusqu'au bout de leur logique et réclamer la réduction de l'église à sa dimension d'avant 1830; sa masse actuelle jure en effet avec la relative petitesse du château... Bref pour les finances communales et pour la paroisse de Compesières, la réalisation de cette option destructrice serait un sacrifice financier de plusieurs millions de francs.

L'emplacement de la future école n'a cessé depuis 15 ans d'alimenter le débat politique à Bardonnex. Avant le lancement du concours d'architectes lié à la démolition-reconstruction de la ferme, d'aucuns avait imaginé construire une école près de la salle communale. Dans le cadre du concours, l'école se serait retrouvée à l'emplacement du hangar, à la place de la ferme ou même collée au bâtiment actuel. 

Le plan directeur propose aujourd'hui de construire cet équipement communal à l'angle sud du carrefour de Compesières. mais voilà que les effectifs scolaires qui dépassait largement 200 élèves à la fin des années 90 est tombé au-dessous de 170. L'attente risque donc de se prolonger. Et, dans tous les cas, il faudra passer par un déclassement de la zone agricole, étape qui, ayant été "négligée" dans le premier projet, fut la raison de la sanction du Tribunal fédéral.

On le voit la commune de Bardonnex est devant des choix cornéliens. On ajoutera encore que dans le cadre de la protection de Compesières, les serres situées sur la commune de Plan-les-Ouates n'ont pas d'avenir. L'idée prévaut en effet de préserver autant que possible l'environnement de Compesières de toute construction parasite.

Jean-François Mabut

 

Ce blog hébergé par la Tribune de Genève est au service de la population. pour publier unn point de vue, il suffit de cliquer sur le mot commentaire ou d'envoyer votre texte à blog@tdg.ch 

19:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.